Arômes fonctionnels

[Animaux d’Elevage] Attraction & Appétence

Les animaux d’élevage sont très sensibles à l’odeur et au goût des aliments, ce sont les premiers facteurs permettant une consommation d’aliment optimale. La performance découlant d’une bonne consommation d’aliment, les arômes fonctionnels sont un outil majeur pour les éleveurs, pour sécuriser la consommation alimentaire.

Les arômes fonctionnels

Les arômes fonctionnels sont composés de molécules olfactives. Ce sont des molécules volatiles qui se dispersent dans l’air pour que l’aliment « sente » et pour que l’animal les perçoive. L’arôme doit donc demeurer suffisamment longtemps dans l’aliment, afin de rester efficace entre la fabrication de l’aliment et sa consommation par les animaux. On parle alors de persistance.

The,Calf,Looks

Pourquoi utiliser des arômes fonctionnels en alimentation animale ?

Les professionnels de l’alimentation animale ont très bien identifié quels étaient les besoins nutritionnels des animaux d’élevage. Leur expertise permet une formulation des aliments optimisée, des choix de matières premières adaptés et un travail précis de l’aspect physique des aliments.

Animal,Feed,And,Shovel
A,Small,Piglet,In,The,Farm.,Group,Of,Mammal,Waiting

Toutefois, la qualité des matières premières, leur coût et leur disponibilité fluctuent et induisent parfois des changements de formulation avec a minima des répercussions sur le profil sensoriel de l’aliment. Or les animaux ont un rapport sensoriel et hédonique avec leur aliment. Ils sont sensibles aux variations de goût et d’odeur, et en plus sont néophobes (la peur de la nouveauté). Cela induit alors une baisse de consommation à l’arrivée d’un aliment nouveau ou ayant profil sensoriel différent.

Les arômes fonctionnels sont indispensables

Leur rôle consiste justement à lisser ces variations d’odeurs et de goûts pour assurer une prise alimentaire régulière, y compris lors des périodes de sevrage et de transition alimentaire.

 

Les arômes fonctionnels, grâce à leurs noyaux aromatiques issus des travaux de recherche de Phodé, sécurisent la consommation d’aliment et fidélisent les animaux à l’aliment. Ils permettent ainsi une consommation d’aliment régulière et optimale, gage de :

bonne santé

performance

L’élaboration des « arômes fonctionnels » :
un savoir-faire complexe

Du fait de sa composition volatile, un arôme fonctionnel est fragile et les processus de fabrication des aliments peuvent être rudes (traitement thermique, pression, …). Il existe différentes situations, qui nécessitent donc des technologies adaptées pour faire en sorte qu’un arôme répond bien aux besoins spécifiques pour lesquels il a été spécifiquement développé. Élaborer un arôme adapté à l’aliment en fonction de ses contraintes de fabrication, des espèces animales et stades physiologiques ciblés, ou encore de la persistance nécessaire, exige un niveau d’expertise élevé et une connaissance approfondie des molécules sensorielles, de leurs associations et concentrations.

Pourquoi le goût et l’odeur sont-ils si importants pour les animaux ?

L’odeur de l’aliment, c’est le premier contact entre l’animal et son aliment. Vient ensuite l’aspect physique de l’aliment et en suivant rapidement, le goût. Une vache a plus de 20 000 bourgeons gustatifs dans la bouche et un épithélium olfactif d’environ 100 cm², ce qui lui permet de très bien détecter les odeurs et les goûts. Il en est de même pour le porc et les ruminants en général. Ces animaux sont bien mieux équipés et plus doués que les humains, et par conséquent sont beaucoup plus sensibles aux variations d’odeurs et de goûts.

Découvrez nos articles

Les additifs en alimentation animale : comment s’en passer ?

Le développement de l’utilisation des additifs est étroitement lié à l’industrialisation des productions animales. La spécialisation de plus en plus poussée des ateliers de production…

Grippe aviaire, les volailles confinées !

Chaque épisode de grippe aviaire en Europe, nous rappelle que la France est le pays du plein air ! En production avicole, 38% des pondeuses, 17%…

Elevage et plaisir de manger : anthropomorphisme ou réalité ?

Les animaux d’élevage prennent-ils du plaisir à manger ? Est-ce uniquement une lubie, liée à l’anthropomorphisme et à cette notion sociale du repas ? Le plaisir de…