Appétence animaux

APPETENCE ANIMAUX ÉLEVAGE [OVINS, BOVINS, PORCINS & AVICULTURE ] STIMULATION DE L’APPETIT

Nos solutions d’appétence pour les animaux

Nos recherches scientifiques nous ont permis de développer des formulations sensorielles spécifiques et des gammes produits visant à répondre aux enjeux de l’élevage comme le stress psychosocial, les transitions alimentaires ou encore les problèmes d’appétence.

Nos solutions peuvent agir à différents niveaux pour favoriser l’appétence d’un animal d’élevage envers un aliment. Les molécules sensorielles possèdent des propriétés étonnantes, découvrez comment celles-ci peuvent contribuer à soutenir l’état général des animaux à travers nos différents produits.

Stimulation de l’appétit

Intensité

sucrée

Masquage de mauvais goût

Arômes fonctionnels

Comment l’animal perçoit-il l’appétence des aliments ?

Un aliment appétant, c’est un aliment qui va satisfaire les préférences naturelles des animaux. Différents paramètres rentrent alors en compte : la texture de l’aliment, son aspect, sa flaveur.

 

Plusieurs dimensions interviennent dans la flaveur (communément appelé « le goût »):

  • les saveurs (au nombre de cinq),
  • la sensation trigéminale (piquant, brûlant, astringent…),
  • la somesthésie (permet de sentir la consistance, pression),
  • l’arôme (stimulation rétro-olfactive induite par les molécules olfactives libérées par la mastication et qui remontant à l’arrière du le nez par la cavité nasale. Avez-vous déjà remarqué que votre repas n’a « aucun goût » quand vous avez le nez bouché ?!).

 

Bien souvent et par habitude, quand on parle de goût, on entend les saveurs et l’arôme.

Comment l’animal perçoit-il l’appétence des aliments ?

ODEUR

La première prise de contact entre un animal et son aliment, c’est l’odeur. L’odeur est perçue par l’épithélium olfactif présent dans le nez. Les ruminants et les porcs ont environ 100 cm², la volaille environ 5 cm². Pour comparaison, l’humain a autour de 9 cm². L’importance de l’odeur devient alors évidente, tant elle est bien perçue par les animaux.

ASPECT

La deuxième étape, l’aspect physique de l’aliment, la taille des granulés, la dureté des granulés… Autant d’éléments que le fabricant d’aliment maitrise pour répondre aux préférences des animaux, selon leur stade physiologique ou encore l’espèce.

GOÛT

Enfin le meilleur pour la fin, la flaveur, ou plus communément « le goût » ! Les saveurs sont perçues grâce aux bourgeons gustatifs (présents sur la langue). Avec plus de 25 000 bourgeons gustatifs, les ruminants sont les grands champions, suivis de près par les porcs avec environ 20 000 bourgeons gustatifs. La volaille arrive après, avec environ 300 bourgeons gustatifs (pour comparaison, l’Homme en a autour de 7 000).

Pourquoi l’appétence des aliments pour animaux d’élevage est-elle importante ?

Un aliment mal consommé, est une dépense non valorisée et une ration qui devient déséquilibrée. Il arrive que l’aliment se consomme mal, pourquoi ?

 

Deux types de causes :

  • des causes « externes » à l’aliment : stress thermique, stress psychosocial, état de santé dégradé,…
  • des causes « internes » à l’aliment, soit l’appétence : goût, odeur, aspect physique des granulés,…

L’aspect de l’aliment, la dureté des granulés, leur taille, etc. sont des paramètres parfaitement maitrisés par le fabricant d’aliment.

Pour ce qui est du goût et de l’odeur de l’aliment, le profil va dépendre des matières premières (avec toute la variabilité qui les accompagne selon l’année de récolte ou encore la région par exemple) de la présence de minéraux ou vitamines, d’huile…

Bien que formulé de manière précise pour satisfaire les besoins nutritionnels à chaque stade physiologique et selon la production, le rendu final en termes de goût ou d’odeur ne correspond pas forcément aux attentes des animaux, ces supers doués du goût et de l’odeur ! Un petit coup de pouce s’impose souvent.

Comment augmenter l’appétence des aliments ?

La formulation permet au fabricant de maitriser l’équilibre nutritionnel de son aliment. Assurer une bonne prise alimentaire est une condition essentielle pour que l’aliment délivre tous ses bénéfices. Assurer l’appétence de l’aliment est donc indispensable.

 

Pour l’odeur, les arômes fonctionnels permettent de bien l’adapter à chaque espèce et à l’aliment en question. Ils vont aussi permettre d’améliorer le profil aromatique libéré en bouche lors de la mastication. La gamme Cristalfeed offre un large choix pour répondre aux différentes situations.

 

Pour les saveurs, il est intéressant de travailler avec la saveur sucrée, la seule n’ayant pas de seuil de répulsion (par exemple, une poignée de sel en trop et le plat devient immangeable, c’est pareil pour les animaux). La gamme Oseo permet d’apporter la saveur sucrée en prenant un minimum de place dans la composition de l’aliment.

Découvrez nos articles

POURQUOI L’INGESTION EST-ELLE ESSENTIELLE DANS L’ÉQUILIBRE NUTRITIONNEL D’UNE RATION ?

Les aliments sont formulés sur la base de l’équilibre nutritionnel. Les performances quant à elles reposent sur : la génétique, la gestion de l’élevage, …, et sur l’ingestion d’aliments équilibrés…

ELEVAGE ET PLAISIR DE MANGER : ANTHROPOMORPHISME OU RÉALITÉ ?

Les animaux d’élevage prennent-ils du plaisir à manger ? Est-ce uniquement une lubie, liée à l’anthropomorphisme et à cette notion sociale du repas ? Le plaisir de manger peut-il améliorer les performances de l’élevage ?

CONSOMMATION ET REFORMULATION DE L’ALIMENT, POURQUOI SONT-ELLES PARFOIS EN DISCORDANCE ?

La formulation d’un aliment est au service des performances des animaux : leur apporter un aliment équilibré, dont la consommation leur apportera tous les éléments nécessaires et au bon dosage, pour répondre à leurs besoins et assurer leur production.